Sélectionner une page

Message du Père Constantin (responsable du projet alphabétisation à Bossemptélé Centrafrique)

Le confinement :

Le confinement est encore en vigueur. Mais la population semble ne pas y croire. La circulation entre villages continue.
Les autorités ont pris la situation avec plus de sérieux : la circulation Bangui-Bossemptélé-Bouar-Cameroun est contrôlée avec rigueur.

Ici nos 6 séminaristes diocésains étaient rentrés en famille pour 3 semaines. Mercredi, nous les avons emmenés au séminaire pour la suite de l’année.
Les tests rapides leur seront faits et l’isolement sera observé pour un temps.

nos villages :

nous avons cessé nos activités. Nous avons effectué pour chaque village une visite : pour réaffirmer notre proximité, pour renouveler la sensibilisation; pour leur donner des idées les aidant à prier en famille pendant ce temps sans assemblée dominicale.

Ici au centre de Bossemptélé, nous continuons nos activités à l’hôpital. La paroisse a cessé les grandes activités ordinaires (catéchèse, réunion, groupes de prières…).
Le curé célèbre sans peuple aux heures habituelles; bénédiction de la ville après la messe ( avec le Saint Sacrement); Communion à domicile 1 fois par semaine en faisant par quartier..

La particularité dans les activités en ces temps-ci à la paroisse : nous aménageons le vieux bâtiment qu’occupait le tout premier curé de la paroisse, un père carme, le Père Nicolas Elena.
En réalité, ce bâtiment a été pendant quelques années la seule source de revenu de la paroisse.
Les voyageurs passaient des nuits dans ce bâtiment et payaient 3 000fcfa/nuitée. Parfois 50 000 fcfa par mois. Parfois 20 000 fcfa , parfois 90 000 fcfa.
On y puisait de quoi prendre de l’essence pour aller dans les villages.
Actuellement, ce bâtiment est très vieux; le plafond abrite des chauves-souris et tant de poussières… puanteur et saleté… les toilettes ne marchent pas…

Pour la réhabilitation en bonne et due forme, les estimations font des millions. Nous avons renoncé à de trop grosses dépenses. Actuellement, nous faisons le nécessaire : enlèvement du plafond, électrification du bâtiment, peinture , parfum bâtiment pour changer l’odeur. Nous pourrons y accueillir des hôtes, ils auront la lumière, ils pourront charger portable et ordinateur…

Grand merci aux Élèves Alphabétisation :
– malgré le confinement, ils apportent à manger aux ouvriers ( 3 personnes). Ce soir c’était le tour de Maman Thérèse BANGUE.
– Maman Elisabeth Yamassoré et maman Thérèse bangué avaient fait une formation en installation solaire en inde il y a environ 6 ans.
Elles nous assisteront pendant les travaux d’électricité.
Mercredi, après avoir conduit les séminaristes diocésains et salué les 2 séminaristes carmes, j’ai pu rencontrer à Bouar le Centre culturel saint Kizito.
Ils font la couture et le tricotage.

%d blogueurs aiment cette page :